top of page
les ateliers de mona.jpg

Devenir créateur du beau

Tout le monde est créateur mais pas toujours de la beauté. Comment devenir créateur du beau, du juste, du merveilleux?

Comment recevoir de l'inspiration? Comment éveiller en soi l'amour du beau et le pouvoir de le créer?

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram

Le principe de l'atelier

Le principe de l'atelier est de découvrir son potentiel créateur de bonté, de joie, d'amour et d 'étincelles de vie.

Peut-on transformer la tristesse en joie et la violence en douceur?

Dans l'atelier oui, grâce à la toile blanche, aux couleurs et au lâcher prise.

L'objectif de l'atelier

L'objectif principal de l'atelier est de franchir la page blanche, l'inconnu, le début et de transformer l'acquis en meilleur, en ce qui nous rend le plus heureux.

Principes fondamentaux de l'art et qui le sont aussi pour une vie créatrice, pleine de sens et de magie. Le bonheur n'est vraiment pas dans l'acquis, il est dans cette connexion avec le pouvoir créateur. Rien n'est plus exaltant que de devenir magicien dans sa vie : dans son travail et dans ce qu'on fait.  L'a peinture donne cette expérience de divinité et déploie nos ailes  vers la lumière.

fds logo.jpg

Le déroulement de l'atelier

Partie I : Recentrage :

L'atelier débute par une séance de recentrage avec des exercices corporels et visuels pour se centrer, et regrouper ses énergies autour de l'objectif.

La créativité est comme le feu, elle démarre du centre.

Se recentrer nous permet aussi d'aligner l'émotion à la raison et au corps, éveiller l'instinct et donc la voix intérieure.

Dans cet atelier on découvre l'énergie magnifique qui se manifeste en nous lorsqu'on est centré et on apprend à s'exercer de jour en jour à aller au plus près de son centre.

Partie 2 : Objectif intime :

Chaque participant va définir son objectif, par exemple : je désire découvrir mon potentiel, ou mes faiblesses, ou encore mes peurs, ou peut-être activer la joie en moi, ou tout simplement un scanner de mon intérieur. L'attitude et la posture sont les clés mêmes de l'exercice.

En effet, Dans la vie ou dans le travail, avoir un objectif clair et précis fait dynamiser nos forces, canalise nos énergies pour sa réalisation. Connaître son objectif et y mettre son intention, attire aussi toutes les chances vers nous. 

Dans l'atelier, on découvre le pouvoir de l'intention.

Partie 3 : Choix des couleurs et pose :

Face à la toile, vertical, regard centré  et dirigé vers son intérieur. Toutes les couleurs sont étalées sur l'établit, des rouleaux de sopalin sont à la disposition, des couteaux et pas de pinceaux, le participant prend au hasard deux couleurs et choisit deux autres, une qu'il aime et l'autre non. Il pose la quantité qu'il veut de chaque couleur sur le sopalin et comme un tireur de flèche, il pose le sopalin sur le centre de la toile, et va tapoter la toile en pensant qu'il est entrain de vider son être sur la toile. Quand il n y a plus de couleur sur le sopalin, il arrête.

Dans la vie on choisit consciemment des éléments et d 'autres non. Parfois même des choses qu'on aime pas et qui s'avèrent riches en sens et essence. 

Dans l'atelier, on apprend beaucoup sur nous-mêmes, nos choix et notre acclimatation avec les imprévus.

Partie 4 : Le contact avec la source : le soi : la vérité intérieure, l'émotion :

Le participant ferme les yeux pour ne pas voir ce qu'il fait, ce qui le protège du mental riche en connaissances et en limitations, de son propre jugement ou celui des autres. Connecté à son intérieur, avec une feuille de sopalin, il va caresser la toile, mêlant les couleurs ou passant à côté, peu importe, ce qui compte, c'est que le mouvement reste spontané. Cet instant est merveilleux, on ressent le désir, la joie, je dirais la jouissance. Car déconnecté du mental, on est 100% livré à la source.

Voilà pourquoi la consommation des drogues augmente de jour en jour, car on cherche à faire taire le mental pour aller dans le coeur, dans le soi, dans cette source abondante. Avec la drogue du mental, on accède à cette source et on se ressource le temps de l'effet de la drogue. Or à force de droguer le mental, il s'affaiblît dans son fonctionnement sans pour autant guérir de ses limitations. Danger à long terme.

Il n y a que l'art créatif et pas exécutif qui permet cette connexion à la source, et la libération d'une partie de ses émotions et limitations.

Dans l'atelier, on apprend à se connecter à la source et la lisser s'exprimer en nous, regénérant notre être.

Partie 5 : Ouvrir les yeux :

Le participant est toujours très étonné de voir ce qu'il a fait inconsciemment et qu'il n'aurait jamais fait consciemment. Il est émerveillé de découvrir que même dans les traînées les plus diluées ou complexes, il y a du sens, un bout de son histoire, un bout de ses désirs, de ses fantômes. A cette étape, c'est l'exaltation. On entend dans la salle, je vois un ange, je vois un chien,  on dirait ma mère qui est là, je vois des loups, je vois des monstres, je vois des oiseaux, des papillons et parfois je vois rien mais j'ai des sensations  d'énergies en moi douces et palpitantes qui me sont où inconnues jusque là ou, refoulées depuis bien longtemps, mon enfance. L'éveil commence. On se rend compte qu'on crée mieux les yeux fermés, ce qui revient dire en confiance en soi.

Dans la vie, le travail ou autre, on aime contrôler ce qu'on fait, ce qu'on dit, ce qu'on a et ce qu'on n'a a pas. S'offrir des moments de point mort, c'est à dire de rein faire, de fermer les yeux et se déconnecter de nos préoccupations est nécessaire pour bénéficier de l'inspiration, d'une vision détachée et globale Apprendre à se lancer sans réfléchir en toute confiance, une fois qu'on a aiguisé son intention et précisé son objectif,

Dans l'atelier, on apprend se laisser faire, ou aller en toute sérénité.

Partie 6 : La découverte du pouvoir de l'intention, qui dépasse toute limite et toute technique. Le pouvoir créateur.

Toute intention choisie avant de procéder à l'atelier est clairement visible sur la toile, on se découvre de l'intérieur et on prend conscience que notre être intérieur est d'une richesse inépuisable.

Ce principe est vrai aussi dans n'importe quel domaine, il suffît de bien formuler et valider son  intention en accord avec l'univers, pour qu'elle se réalise. Le comment faire vient en faisant.

Dans l'atelier on apprend les lois de synchronicité et la façon de les provoquer.

Partie 7 : Agir : faire avancer ses désirs, éliminer ses peurs et monstres.

Cette fois-ci le sopalin instrument de peinture, devient instrument de transformation et on va effacer ou estomper, ou gratter au couteau, nos monstres, peurs, tout ce qu'on aime pas sur la toile, donnant toute la place à ce qu'on aime réellement.

Le travail sur la toile est entrain de se faire en nous : notre conscience s'est élargie et on décide de mettre en valeur ses qualités, et faire gagner l'amour et le rêve sur le reste

Dans l'atelier on apprend à comprendre ses désirs et peurs, et les canaliser en amour et énergie

Partie 8 : Observation de la toile 

On retourne la toile dans les sens,   tous les sens, on observe la toile, jusqu'à ce qu'elle nous parle dans un sens ou un autre. 

C'est ce qu'on doit apprendre aussi dans la vie ou dans le travail, prendre le temps et le recul pour analyser son  travail et valider la valeur ajoutée.

Dans l'atelier, on apprend à prendre le recul, à aller plus loin dans sa vision.

Partie 8 : Finition  

Le maître de l'atelier intervient à  cette étape pour assister et enseigner quelques techniques d'effets : glaçage, coulée, estompage et aide le participant à finir sa toile, c'est à dire la mener à son apogée : équilibrée, centrée, invitant à un mont de méditation.

Pareil dans la vie, une fois qu'on a fini un travail ou fait un choix, il est important d'affiner les détails.

Dans l'atelier on apprend l'importance d'allier le fonds à la forme.

Partie 10 : Titrer la toile, la signer, l'authentifier 

Nom de la toile, date, dimensions, nom de l'atelier, médias et technique seront inscrits sur le dos de la toile avec aussi bien la signature du participant que du maître de l'atelier. 

Je peux vous dire que cette toile devient une partie intégrante de vous et prendra la meilleure place dans votre univers car elle ne finît jamais de dévoiler des parties de vous avec le temps : elle devient un genre phare permettant l'accès au soi, au pour créateur inné, rappelant nos désirs et rêves. L'authentification de l'atelier donne de la valeur à la toile si l'artiste est coté.

Partie 11 :

Le partage pour se rendre compte que la vraie beauté n'est pas dans la technique mais dans l'authenticité du sentiment et l'énergie qu'elle dégage, tout comme le  reste on est beau par notre énergie.

Après l'atelier vous n'êtes plus le même, vous ête connecté au pouvoir créateur.

Bien sûr, qu'on n'est plus le même puisqu'one st devenu créateur du beau et transformateur du laid en merveille.

Mais ce qu'on fait sur la toile, on peut le faire sur sa vie, sur une entreprise et même un pays en procédant aux mêmes étapes , 'est à dire : se centrer, définir clairement son objectif, poser les éléments du projets en restant ouvert à l'inconnu aussi. Car c'est cet inconnu qui est créatif, sinon il n y a pas de création. La création par définition est du nouveau, de l'inconnu.

On apprend à reconnaître ses vrais désirs et ses craintes, les démêler, on apprend la contemplation, le pouvoir de l'intention qui génère la confiance dans le déroulement. 

Et puis on a la toile accroché sur notre mur et qui nous rappelle à chaque instant toute cette richesse intérieure en nous, notre désir, notre capacité de créer.

On apprend aussi le pouvoir de la posture, du lâcher prise, d'être connecté à sa voix intérieure. 

Réservez votre place

Ateliers

bottom of page